En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Manifestations pédagogiques

Parcours Maquis de St Lys/Chateau de Brax / Stéle François Verdier à Bouconne.

Par CHRISTOPHE AMIEL, publié le mercredi 18 mars 2020 11:43 - Mis à jour le samedi 21 mars 2020 17:26
Capture d’écran 2020-03-18 à 12.57.28.png

Sortie avec les 3eme 4 le lundi 9 Mars.

Ce parcours prévoyait 4 étapes : le Maquis de St Lys sur la commune de Bonrepos sur Aussonnelle puis sur la commune de St Lys, le Château de Brax siège du Réseau Morhange et la Stèle François Verdier dans la forêt de Bouconne.

Nous avons été accueillis et accompagnés par 3 historiens : 

Mme Caubet, docteur en Histoire, adjointe au Maire de Bonrepos et propriétaire de la Librairie "Il était une fois" à St Lys,

Jean-Charles Facchini responsable du Pôle Culturel de St Lys

et notre amie Elérika Leroy chargée de Mission Hauts Lieux de la Résistance en Haute Garonne du Conseil Départemental et du Musée Départemental de la Résistance et Déportation de Toulouse et qui est déjà intervenue dans notre collège.

Nous avons eu beaucoup de chance car la météo ne fût pas catastrophique contrairement à d'autres journées récentes et ce projet a pu être mené à bien avant les évènements qui nous empêchent actuellement de continuer le travail normalement!

Mme Caubet et M Facchini (devant la stéle et à droite de l'image).

Le but de la 1ére étape était de  parcourir le cheminement qui depuis le Château de Gagen jusqu'au Domaine du Candelé a vu les maquisards décimés par une colonne  allemande de la division SS Das Reich dont la mission était de terroriser les populations civiles et neutraliser les Maquis. Cette même division est  à l'origine des massacres de civils à Marsoulas ( les 3eme 2 étaient en visite sur ce lieu) et Oradour sur Glane.

 Nous nous sommes dirigés au travers du domaine du Château de Gagen vers les stèles des Maquisards érigées aux endroits ou ceux-ci trouvèrent la mort le 12 juin 1944 : Jean Chaubet, Abel Autofage, Lucien Lafforgue, André Cavagnol, André Bousquairol, Joseph Vie, Eugène Lozes, Jean Micoud, Léonce-Felix Gonzales. (Voir portraits dans le document en pièce jointe: "Le Maquis de St Lys"). La plupart d'entre eux sont enterrés au Cimetière Terre Cabade de Toulouse ( lieu de visite d'une autre classe) et tous ont une rue qui porte leur nom à Toulouse.

Tout au long du parcours à travers bois Mme Caubet qui a étudié personnellement les archives de l'histoire du Maquis de St Lys nous expliquera les évènements tragiques et les différentes théories qui expliquent la déroute  des maquisards : impréparation, imprudence ou trahison? Des éléments sont troublants : les allemands sont arrivés moteurs éteints et leur lourde artillerie tirait en direction du domaine du Candelé ou se repliaient les hommes de Gagen. Comment auraient ils pu savoir dans quelle direction tirer s'ils n'avaient pas été informés du lieu de repli? Ces circonstances ne ressemblent pas à une rencontre fortuite mais plutôt à une opération programmée. Nul ne peut aujourd'hui encore trancher. Le mystère demeure.

La dernière stèle est hors parcours et difficile à trouver car un lotissement a été construit sur les lieux. Malgré tout et grâce à la persévérance de Jean-Charles nous retrouvons cette stèle et nous apprenons qu'un particulier entretient pour les descendants de la famille le carré de terrain tout autour. Il s'agit de la stèle de Jean Micoud. Et nous tenions particulièrement à voir cette stèle car Elérika travaille avec le petit fils de ce Monsieur (et personnellement j'ai habité quelques temps dans la rue qui porte son nom à Toulouse).

A 11h30 nous quittons et remercions Mme Caubet, visiblement émue car comme elle nous l'a confiée depuis son enfance elle a toujours vécue avec l'histoire du Maquis de St Lys, la mémoire de sa famille originaire de la région est imprégnée de cette histoire........

Nous  nous dirigeons alors  vers St Lys ou M Facchini poursuit la visite avec 3 points essentiels  : le monument aux mort, le cimetière et le magasin "l'Epargne".

Pour illustrer le sort fait aussi aux civils par les soldats allemands, sont évoqués les destins tragiques de la famille Lécharpe dont 4 membres de la même famille furent assassinés et d'un adolescent le jeune Zago. Nous sommes passés devant la stèle qui commémore l'emplacement de la ferme Lécharpe détruite. Un seul de leur enfant qui était sur Toulouse à ce moment échappa au massacre. La famille repose au cimetière de St Lys.

 

Les ruines de la ferme, aujourd'hui totalement disparues.

René Zago 17 ans repose aussi au cimetière de St Lys, il eut le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Il fût assassiné sans raison par la colonne Das Reich au lieu dit Sebastopol.

.

René Zago

Quand au magasin : « L’Épargne » construit en 1901 ilfut détruit par un détachement allemand de la division SS « Das Reich » qui y déposa un engin explosif, dans le cadre de son opération de terreur et de lutte contre le Maquis de Saint-Lys qu’il mena le lundi 12 juin 1944 dans la commune ainsi que dans les villages limitrophes de Bonrepos-sur-Aussonnelle et Saiguède. Un remarquable recueil de témoignages sur la journée du 12 juin 1944 a été publié par l’association « Art, Culture et Patrimoine de Saint-Lys ». Parmi ceux-ci, figure le « Récit de Mademoiselle Marcelle LAFFONT, fille des gérants de ‘’L’Épargne’’ », qui nous fait connaître quel sort ce bâtiment et ses habitants connurent ce jour-là."

JC Facchini,"parcours de Mémoire St Lys").

Le magasin après le passage des allemands, celui-ci est reconstruit aujourd'hui au  même endroit, Place Nationale.

 

A voir extrait du documentaire par Isabelle Fagotat :

(cliquer sur le lien ci-dessous)

"le Maquis de St Lys".

 

A midi : pique-nique en centre ville de St Lys sous la halle de la Bastide. Puis nous reprenons la route vers le Château de Brax.

Cette fois c'est  Elérika Leroy qui nous servira de guide. elle nous explique que le Chateau de Brax est un des plus haut lieu de la Résistance en région toulousaine. Ce château était en effet occupé clandestinement par lé réseau Morhange. Ce dernier est un réseau de résistance toulousain créé en 1943 par Marcel Taillandier à Toulouse. Il effectuait des actions directes et de contre-espionnage contre l'envahisseur allemand et les collaborateurs du gouvernement de Vichy. Ces derniers étaient jugés et exécutés dans une pièce du château et leur corps enterrés dans le parc ( voir document d'Elérika).

Elérika nous parle longuement de deux membres importants que sont Marcel Taillandier et Achille Viadieu et fait le lien avec François Verdier dont la mémoire sera l'objet de notre dernier lieu de visite. Les élèves sont captivés, seules quelques chèvres naines attirées par notre groupe et qui veillent sans doute sur les dépouilles des tristes personnages enterrés dans le parc, perturbent quelque peu l'attention de nos élèves.

A voir extrait du documentaire :

www.youtube.com/watch

 

Nous continuons notre périple à travers les rues de Brax où Elérika nous raconte la prise de position de la population du village. Tout le monde savait ce qui se tramait derrière les murs d'enceinte du château mais personne n'a jamais dénoncé les résistants. Au contraire la population les soutenait   en leur procurant tout ce dont ils avaient besoin comme ce personnage auquel le village a fait honneur en lui attribuant une rue et une plaque sur son ancienne maison : Marie Mesplé dite "la mémé".

En face du château la maison de la "mémé".

Dernière étape : la Stéle François Verdier dans la forêt de Bouconne très proche de l'endroit ou l'on retrouva son corps. François Verdier était le chef de la Résistance Toulousaine. Elérika nous présente son parcours d'homme d'exception  qui très tôt s'engagea pour soutenir les exilés espagnols et multipliera ses efforts pour unifier la Résistance. il fut arrêté par la gestapo dans la nuit du 13 au 14 décembre 1943 et fut emprisonné et torturé à la prison St Michel. François Verdier dit Forain ne parlera pas, il fût assassiné le 27 janvier 1944  au petit matin le long d'un chemin isolé. François Verdier repose au cimetière Terre Cabade.

Chaque année le dimanche qui suit cette date anniversaire une cérémonie est organisé en ce lieu réunissant autour de la famille et amis, d'anciens résistants, des personnages politiques de haut lieu....

Pour en savoir plus :

-le beau livre d'Elérika, disponible au CDI du Collège

-Le site internet Mémorial François Verdier

M Alain Verdier petit fils de François Verdier n'a pu malheureusement nous rejoindre ce jour là, mais nous pouvons lire son discours en 2019 en pièce jointe et voir la vidéo ci-dessous. En espérant qu'il puisse venir nous rencontrer au Collège.

www.youtube.com/watch

 

Pour conclure ce petit mot d'Elérika :

 

"Encore merci d'avoir organisé ce circuit, et félicitations aussi aux élèves très agréables et attentifs tout au long du parcours. Quel plaisir!

A bientôt,

Amicalement,

Elérika"

 

 

Pièces jointes

À télécharger

 / 1